Loading

***Informations CORONAVIRUS***

 

Compte tenu de la situation liée au Covid-19, je vous informe que les réunions et rdv sont annulés jusqu'à nouvel ordre. Nous vous contacterons dès que possible.
 
L’équipe du SMBV SVS reste mobilisée en télétravail et poursuit les travaux menés selon son programme d’activités 2020.
 
Vous pouvez nous joindre par courriel et téléphone :
 
➡️ Le Président : 06 61 70 96 40
 
➡️ Le Directeur : 06 86 76 09 43
 
➡️ L'animateur Espace Rural : 06 86 76 99 71
 
Prenez soin de vous et de vos proches.
 
Laurent TOPIN, Directeur du Syndicat Mixte des Bassins Versants Saâne Vienne Scie

 

Publié le 17 mars 2020

Adapter le littoral au changement climatique

 

Les effets du changement climatique sur le littoral se font déjà ressentir et la situation ne devrait pas s’améliorer dans les années à venir. En effet, le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) prévoit dans son dernier rapport une élévation du niveau des mers de 80cm en 2100.

 

La submersion marine et l’érosion du trait de côte contraignent les collectivités à relocaliser des habitations et des infrastructures pour assurer la sécurité des biens et des personnes, et également la pérennité de leurs activités : exemple local à Quiberville-Sur-Mer, où le camping municipal se trouvant à proximité du bord de mer doit être déplacé à l’intérieur des terres.

 

Malheureusement, il existe de nombreux facteurs qui retardent ces déplacements. Il y a tout d’abord la population qui est parfois réticente aux changements. Le budget nécessaire aux travaux également, car il peut être élevé (le déplacement du camping de Quiberville s’élève à 7 millions d’euros) et de longues démarches administratives sont à engager pour pouvoir bénéficier de financements. De plus, les collectivités ont peu d’outils règlementaires à leur disposition. Des communes incluent par exemple dans leur PLU (Plan Local d’Urbanisme) l’interdiction d’accorder des permis de construire sur certaines zones, ou alors autorisent seulement la construction d’infrastructures réversibles et éphémères.

 

D’autres collectivités ont décidé de mettre en place une SLGRL (Stratégie Locale de Gestion des Risques Littoraux), mais les actions en découlant ne sont pas reconnues par la Loi comme celles des SLGRI (Stratégie Locale de Gestion des Risques d’Inondations), qui elles sont prescrites par Arrêté Préfectoral. Les collectivités souhaiteraient que ces SLGRL soient intégrées dans les documents d’urbanisme et que le risque d’érosion soit pris en compte au niveau national avec des outils reconnus par la Loi.

 

 

🔎 Source : La Gazette des Communes – l’hebdomadaire n°2504 du 02/03/2020

 

📸 Photo : SMBV SVS – Quiberville-sur-Mer

 

Publié le 10 mars 2020

Une route fermée la nuit pour favoriser la

migration des amphibiens

 

" Pour favoriser la migration des amphibiens, la RD 153 entre Petit-Appeville et Pourville-Sur-Mer est interdite à la circulation la nuit jusqu’au mercredi 15 avril 2020. Aucun véhicule ne peut passer sur cet axe entre 21h et 6h du matin, sauf les riverains. Le but : favoriser la migration des amphibiens 🐸

 

En effet, les adultes hibernent dans le bois de Bernouville et redescendent dans la vallée de la Scie dès que les températures se radoucissent. Alors commence leur cycle de reproduction. Il peut s’agir de grenouilles, crapauds ou encore des salamandres.

 

Le Département a mis en place cette action depuis 2016. Ainsi, environ 4 800 amphibiens ont pu être sauvés, indique la collectivité, limitant leur mortalité lors de la traversée de la route départementale."

 

🔎  Source : Les Informations Dieppoises

 

Publié le 21 février 2020

Etat des lieux 2019 :

Quelle qualité des eaux en Seine-Normandie ?

 

L’état des lieux 2019 de l’AESN, qui détermine l’état des eaux sur des échelles de valeurs allant de « très bon » à « mauvais », a été mené sur les cours d’eaux et canaux, le littoral, les estuaires et également les eaux souterraines du bassin Seine-Normandie.

 

Les eaux considérées en « bon état écologique » sont celles avec une bonne qualité chimique et dont la faune et la flore aquatique est peu perturbée par les activités humaines.

 

Les chiffres rapportés par cet état des lieux semblent plutôt positifs. Par exemple, le nombre de cours d’eau « en bon état écologique » a augmenté de 8% entre 2013 et 2018, malgré l’augmentation de la pollution du bassin Seine-Normandie.

En effet, des efforts sont menés, mais les pressions produites par l’activité humaine qui ont une incidence sur les milieux aquatiques, ainsi que les conséquences du changement climatique engendrent un risque de dégradation non négligeable à l’horizon 2027.

 

Afin d’éviter cela et atteindre les objectifs d’amélioration de l’état écologique des eaux, le comité de bassin Seine-Normandie élabore un Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin pour la période 2022- 2027. Ce SDAGE déterminera les efforts à consentir pour atteindre les objectifs de bon état des eaux, qui seront ensuite traduits dans le programme de mesures qui l’accompagne.

 

Pour en savoir davantage sur ce sujet, cliquez ici pour télécharger le dossier de presse de l’état des lieux 2019

 

 

Publié le 19 février 2020

La gestion du littoral

 

Depuis plusieurs décennies, la défense contre la mer est assurée par des infrastructures composées d’épis et de digues appelées « systèmes d’endiguement ». Sur notre territoire, 2 systèmes d’endiguement existent : le 1er sur les communes de Quiberville et Sainte-Marguerite-sur-Mer et le second sur les communes de Varengeville-sur-Mer et de Hautot-sur-Mer.

 

Depuis le 1er janvier 2020, à la suite de l’entrée en application des lois NOTRe et MAPTAM, un syndicat mixte ("Syndicat Mixte Littoral") comprenant le Département, des EPCI et des Syndicats de Bassins Versants, a été créé pour assurer l'animation et la coordination des politiques de gestion du littoral.

 

Sur notre territoire, les élus ont fait le choix de confier la gestion des systèmes d’endiguement au Syndicat Mixte des Bassins Versants Saâne Vienne Scie. Celui-ci en assurera l’entretien courant, la surveillance et les travaux.

 

(📸 SMBV SVS - QUIBERVILLE)

 

Publié le 14 février 2020

Le SMBV SVS s'engage dans l'adaptation au changement climatique

 

Sur le bassin Seine Normandie, tous les acteurs de l'eau et tous les territoires du bassin sont ou seront prochainement affectés par les effets du changement climatique.

 

Nous pouvons déjà en constater les effets aussi bien dans les métropoles (ruissellement, pollution de l'air), les territoires ruraux (sécheresse, érosion accrue des sols), ou encore sur le littoral (hausse du niveau marin, érosion du trait de côte et risque de submersion marine).

 

Il était nécessaire de développer une stratégie d'adaptation commune entre tous les acteurs de l'eau, afin de rendre notre territoire plus résilient. l'Agence de l'eau Seine-Normandie (AESN) a donc élaboré une « Stratégie pour l'Adaptation au Changement Climatique » dans le domaine de l'eau. Cette stratégie sera mise en œuvre par les acteurs qui s'y engagent. Ils devront en respecter les 5 objectifs :

 

➡️ Réduire la dépendance à l'eau et assurer un développement humain moins consommateur d'eau.
➡️ Préserver la qualité de l'eau.
➡️ Protéger la biodiversité.
➡️ Prévenir les risques d'inondation et de coulées de boue.
➡️ Anticiper les conséquences de l'élévation du niveau de la mer.

 

Le SMBV SVS, conscient de l'urgence climatique, a signé une déclaration d'engagement auprès de l'AESN afin de porter des actions qui seront en accord avec cette stratégie et ses objectifs.

 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur cette stratégie, cliquez ici.

 

 Publié le 7 février 2020

Mise en place de fascines sur la commune de Rainfreville.

 

Les travaux locaux réalisés par le SMBV SVS se poursuivent, cette fois-ci sur la commune de Rainfreville, où 3 fascines vivantes de 90 mètres linéaires ont été mise en place. Ces aménagements sont implantés en cascade sur un axe de ruissellement principal.

 

La fascine est un aménagement hydraulique utilisant le génie végétal. Elle est constituée de fagots de bois enterrés en partie et maintenus à l’aide de pieux, renforcés par des plançons. L'objectif est que les fagots, les pieux et les plaçons en Saules reprennent afin d'être de plus en plus efficace.

 

La fascine permet de ralentir les écoulements, de retenir les limons et d'atténuer un phénomène de ravinement. Elle permet également d'améliorer le paysage et sert de support pour la biodiversité (zone de refuge, de reproduction et de nourriture). 🌱🐇

 

Une technique bien précise est nécessaire et les fascines doivent être réalisées par des professionnels, faute de quoi elles pourraient non seulement s’avérer inefficaces, mais également dangereuses (montée en charge / rupture, risque d’embâcle à l’aval, etc.)

 

Si vous souhaitez avoir plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter au 02 35 04 49 92.

 

 

(📸 Photos SMBV SVS - RAINFREVILLE)

 

Publié le 3 février 2020

Monsieur le Président

et toute l'équipe du SMBV SVS

vous présentent leurs meilleurs voeux pour l'année 2020 !

Publié le 29 janvier 2020

Le SMBV SVS poursuit la réalisation de ses travaux locaux.

Sur la commune de Biville-La-Rivière, des aménagements agroécologiques ont été mis en place. L'objectif de ces aménagements est de contenir le ruissellement à l'échelle de la parcelle agricole et de limiter les transferts de limons vers les zones à enjeux.

 

Placés en limite de parcelle ou en rupture de pente, ils allongent le temps de circulation d'eau, permettant à une partie de celle-ci de s'infiltrer. Ils évitent le passage rapide de l'eau du plateau au versant, qui pourrait provoquer de l'érosion et accentuer le risque d'inondation.

 

Ici, 45 mètres linéaires de haie avec haut-jet (essence régionale en haut-jet : Noyers, Châtaigner, Tilleul, Merisier / essence régionale dit de bourrage : Charme, Cornouiller, Viorne, Fusain, Noisetier) sont implantés 🌱

 

En plus de limiter le ruissellement, ces haies contribuent à la protection de la qualité de l’eau dans la zone humide et de la Saâne.

 

Une synergie gagnant-gagnant avec la profession agricole afin de garantir une protection optimale face au risque inondation.

 

 

(📸 Photos SMBV SVS - BIVILLE-LA-RIVIERE)

 

Publié le 27 janvier 2020

 

Le Syndicat Mixte des Bassins Versants est l’acteur du grand cycle de l’eau. Cela comprend à la fois la lutte contre les inondations, la protection des biens et des personnes, mais aussi la préservation de la richesse et de la qualité des eaux ; sans oublier la sensibilisation du public et le développement de la culture du risque. L’utilité des syndicats de bassins versants n’est aujourd’hui plus à démontrer, ce sont désormais des structures incontournables. Je compte sur votre soutien dans la réalisation de nos missions.

Jacques Thélu,

Président du SMBV.

Source: www.tameteo.com